¿ WATT'S UP ?

Revue de presse énergies, réseaux et mobilités du 30 avril 2020
– Les essentiels de l’actualité –

CHRONIQUE. Les concurrents de l’opérateur historique veulent rendre des stocks d’électricité précommandés et devenus inutiles à cause de l’arrêt de l’activité due à la pandémie de Covid-19, explique notre journaliste Jean-Michel Bézat.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué mardi discuter avec EDF d’un changement du planning des arrêts pour maintenance des réacteurs nucléaires, afin de garantir une production d’électricité suffisante cet hiver.

Les « électro intensifs » ont écrit à Bruno Le Maire et Elisabeth Borne : ils craignent que la chute de la disponibilité du parc nucléaire français dégrade leur compétitivité.

Le gouvernement veut renforcer l’offre des transports urbains tout en faisant baisser la demande, pour permettre de respecter les règles de distanciation sociale. Pas si simple, s’inquiètent les opérateurs et les syndicats.

Les fermetures d’usines et les retards d’approvisionnements liés à la crise sanitaire devraient largement ralentir la croissance des capacités éoliennes et solaires mises en service en 2020. A moyen terme, les investisseurs restent toutefois optimistes.

Les compagnies pétrolières sont devenues de grands acteurs des énergies renouvelables. Total, Shell et BP assurent qu’ils maintiendront leurs investissements dans l’éolien et le solaire, malgré la chute des cours du brut qui les oblige à tailler dans leurs dépenses.

En raison de la crise due au coronavirus, les firmes françaises poussent le gouvernement et Bruxelles à revoir leur réglementation dans plusieurs domaines, comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

En dépit de la crise du Covid-19, le gouvernement maintient inchangée sa feuille de route pour accélérer la transition énergétique à horizon 2028 et publie le décret d’application de la Programmation pluriannuelle de l’énergie.

Frans Timmermans, responsable du Green Deal au sein de la Commission européenne, a assuré que « chaque euro » dépensé pour les mesures de relance après la crise sanitaire serait lié aux transitions verte et numérique.

Selon les autorités françaises, la crise sanitaire devrait renforcer la détermination de l’Europe à atteindre les objectifs climatiques de l’accord de Paris, en fixant un prix plancher pour les énergies fossiles.

Dans un rapport mis en ligne ce 22 avril, le Haut conseil pour le climat (HCC) recommande notamment de conditionner l’aide publique à des engagements de décarbonation.

Du vote électronique à la téléconsultation en passant par les plateformes de mise en relation, le numérique permet aux villes d’exercer leurs prérogatives et de proposer de nouveaux services.

L’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) lancent l’action de prospective collective « Imaginons ensemble les bâtiments de demain ».

L’Agence française de développement (AFD) et l’Agence de la transition écologique (Ademe) ont annoncé ce lundi 27 avril, les résultats de l’appel à projets « Solutions innovantes pour l’accès à l’énergie durable hors réseau ».

CHRONIQUE. On aimerait tant que l’hydrogène soit l’avenir du pétrole. Alors que les industriels buttent sur cette technologie depuis 20 ans et que la crise due au coronavirus vient brouiller un peu plus l’horizon, l’espoir est à espérer dans le long terme.

Le Covid-19 pousse Ford à revoir sa stratégie. Le constructeur automobile décale ses plans pour le lancement d’un service commercial de véhicules autonomes à 2022.

Selon l’Agence Internationale de l’énergie, la pandémie de Covid-19 devrait se traduire par une chute sans précédent des émissions de CO2 du secteur de l’énergie en 2020, mais un fort rebond reste probable.

L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) présente différents scénarios d’évolution du mix énergétique mondial aux horizons 2030 et 2050.

Le consortium « Gas for Climate » qui réunit 10 gestionnaires européens de réseaux de transport gaziers, présente des trajectoires de « décarbonation du gaz » dans l’Union européenne (UE) entre 2020 et 2050.

La crise économique mondiale, mais aussi la saturation des capacités de stockage américaines explique pourquoi les prix sont temporairement entrés en territoire négatif .

Le Parlement a adopté la deuxième loi de finances rectificative. Un débat intense s’est engagé pour savoir si ces mesures sont ou non assorties de contreparties environnementales. Le point de vue d’Arnaud Gossement, avocat associé, docteur en droit.

Jamais l’air n’aura été aussi pur. En tout cas pour ce qui est de la pollution atmosphérique liée au trafic routier et aux centrales thermiques

Le gouvernement a annoncé plusieurs pistes de déconfinement en France, qui doit débuter le 11 mai. Les associations environnementales appellent à ne pas oublier le climat lors de la sortie de crise.

La conversion de véhicules thermiques en électriques est désormais autorisé en France. Qu’il s’agisse de voiture grand public, de collection ou des utilitaires, un cadre juridique établit désormais les règles à respecter.

Evénements

Le concours Cleantech Open France est dédié aux startups françaises des technologies de l’environnement (cleantech). Il a été créé en 2010 pour répondre aux besoins spécifiques des entrepreneurs cleantech. Il offre des opportunités d’accompagnement, de financement, de collaborations avec les acteurs clés de l’écosystème de l’innovation, ainsi que de la visibilité.