Le gouvernement a annoncé le 5 septembre 2012 les grandes lignes de sa proposition de loi sur la tarification de l’électricité et de gaz. Au final, plutôt que le remplacement pressenti de la tarification actuelle par de véritables tarifs progressifs, Francis Brottes a esquissé un dispositif de bonus-malus qui sera examiné ce mois de septembre.

 

La neutralité annoncée du dispositif ne permettra pas de conduire à court terme une hausse des tarifs pour s’approcher des véritables coûts de la filière. Ce n’est que partie remise. Le gouvernement dispose désormais, avec l’extension des tarifs sociaux et une tarification spécifique aux consommations « superflues », d’un outil pour s’attaquer plus sereinement aux hausses futures…