SMILE, et si la décentralisation énergétique était en marche ?

Article du 8 décembre 2017

La décentralisation des politiques énergétiques constitue une étape majeure pour la transition énergétique : comme nous l’indiquions en mai dernier, elle donne aux collectivités un rôle de chef de file dans cette transition, en leur permettant d’initier des projets énergétiques à la maille de leurs territoires.

Parmi ces projets, le projet SMILE vise à mettre en place et coordonner un ensemble d’initiatives liées au Smart Grid au sein du territoire breton-ligérien correspondant aux départements Ille-et-Vilaine, Morbihan, Loire-Atlantique et Vendée.

Nous avons interviewé Bernard Laurans, Directeur Régional Bretagne d’Enedis afin de comprendre le rôle du distributeur au sein de ce projet.

> Le point de vue du territoire avec l’interview de Françoise Restif, Coordinatrice au sein de Bretagne Développement Innovation

 

Enedis dans le projet SMILE

Quels sont les éléments qui ont poussé Enedis à s’investir dans le projet SMILE ?

SMILE a été lancé par l’appel à projets sur les réseaux électriques intelligents, Enedis est donc naturellement partie prenante. L’entreprise a été sollicitée très tôt par les régions Bretagne et Pays de la Loire, avant même que le projet ne s’appelle SMILE.

Tout un ensemble de démonstrateurs en France (Nice grid, IssyGrid…) ont été menés pendant la période précédente et Enedis y a été associée de manière inhérente à son activité. Elle met le réseau de distribution d’électricité à la disposition de l’ensemble des utilisateurs (producteurs d’énergies renouvelables délocalisées, acteurs de l’efficacité énergétique…).

 

Quels sont ses objectifs et enjeux ?

Enedis est partie prenante de SMILE et plus globalement de la Transition Energétique ; pour cela elle s’est fixée quatre volets d’intervention :

  1. Accélérer l’intégration des énergies renouvelables

Pour que le réseau soit un accélérateur dans l’intégration des énergies renouvelables, Enedis développe des techniques « Smart grids » : instrumentalisation des postes de distribution, offre de raccordement intelligent…

  1. Faciliter les actions d’efficacité énergétique

Qu’elles soient technologiques ou citoyennes, Enedis offre des solutions pour faciliter les projets d’efficacité énergétique.

L’entreprise assure par exemple la bonne cohérence des flux énergétiques et transmet les données pour facturation dans le cadre des projets d’autoconsommation. Elle facilite également aujourd’hui le raccordement des infrastructures de recharge pour les véhicules électrique et offrira demain des techniques de recharge intelligentes permettant de lisser dans le temps la recharge. Elle mène par ailleurs des actions de sensibilisation aux problématiques d’efficacité énergétique pour les citoyens, notamment via Linky, les espaces clients sur le portail Enedis ou des actions d’effacement de puissance en temps réel chez des clients volontaires.

  1. Développer des solutions numériques pour mettre à disposition les données nécessaires aux projets et au modèle d’activité d’Enedis

Le développement des solutions numérique permet de nourrir en données les partenaires d’Enedis afin qu’ils puissent mener leur projet énergétique (dans le respect des règles de l’ANSSI et de la CNIL) mais sert aussi directement à l’entreprise lui permettant de mieux piloter ses installations et superviser le réseau.

  

  1. Accompagner les territoires pour réaliser leurs projets

De par la nature de ses activités, Enedis a développé une proximité avec les territoires, et est plus à même de les accompagner dans l’élaboration de leur PCAET (Plan Climat Air Energie Territoriaux), dans leurs projets d’autoconsommation, ou encore dans le développement de flottes de véhicules électriques. Enedis fait le lien entre les mondes des projets industriels et des projets de territoire pour contribuer à faire des 4 départements de SMILE une vraie vitrine du savoir-faire français.

 

Quelle est la position d’Enedis dans l’organisation de SMILE ?

Enedis est membre fondateur au Conseil d’Administration de l’association. De part cette position, l’entreprise a une vue d’ensemble du projet et travaille en étroite collaboration avec les régions Bretagne et Pays de la Loire. De plus, Enedis est reconnue au sein du projet pour son expertise technique et contribue ainsi au groupe « Scientifique et technique » de SMILE.

Enedis a donc à la fois un rôle « socle », transverse sur l’ensemble des projets et un rôle de pilotage de ses propres projets. L’entreprise a notamment décidé d’investir 21 M€ dans le cadre du projet pour développer des solutions techniques et technologiques innovantes sur ses ouvrages, en particulier sur les transformateurs HTB/HTA à la jonction du réseau de transport et du réseau de distribution. Ces solutions permettent d’instrumenter les postes sources pour optimiser par exemple l’injection des énergies renouvelables via l’équipement d’un dispositif de dialogue en temps réel. Une vingtaine de postes sources vont ainsi être transformés.

Avec les Agences de Conduite Régionale (ACR), Enedis va plus loin dans l’innovation numérique et l’automatisation des fonctions de conduite, notamment dans l’identification de la nature des incidents et la mise en œuvre des actions qui en découlent pour réalimenter les clients au plus vite.

Dans le cadre de l’expérimentation SMILE, Enedis va ainsi multiplier le nombre de capteurs sur le réseau et développer l’utilisation de drones pour identifier la nature des travaux de maintenance. La mise en place de « Smart Postes » équipés de capteurs va permettre de faciliter les projets d’autoconsommation en optimisant les flux entre producteurs et consommateurs localement. L’ensemble de ces dispositifs intelligents déployés par Enedis forme « le socle réseau » du projet SMILE.

Pour résumer, Enedis a trois principaux rôles dans le projet SMILE :

  • Membre fondateur au Conseil d’Administration de l’association
  • Participation aux groupes d’expertises notamment technique et scientifique
  • Développement du « socle réseau » pour accompagner les projets des territoires

 

 

Retour d’expérience du projet

Quelles difficultés/freins avez-vous rencontré au cours du projet ?

De par le périmètre très large du projet SMILE, la mise en place de l’organisation et de la gouvernance a été complexe et l’émergence des premiers projets n’a pas été aussi rapide que prévue. La notion de temps a été importante :

  • Temps de mise en place des premiers projets
  • Temps d’acquisition d’une visibilité pour ces projets
  • Temps d’atteindre la maturité de certaines technologies

Enedis a avant tout une mission de service public et l’implémentation de nouvelles technologies doit être synonyme de plus de qualité du service public.

 

Quels ont été de votre point de vue les facteurs clés de succès du lancement du projet ?

SMILE est un catalyseur et un accélérateur de projets de territoire. C’est la volonté à travers les 16 chantiers de concrétiser un vrai savoir-faire de l’industrie française entre des acteurs qui n’avaient pas initialement vocation à travailler ensemble. Le vrai atout de ce projet est le travail collaboratif des acteurs.

La transition énergétique se fera avec les citoyens, il est donc maintenant essentiel de rendre le projet plus visible du grand public. Le projet SOLENN en est un bon exemple sur le thème de l’efficacité énergétique.

Le système énergétique de demain

Comment voyez-vous le système énergétique de demain ?

Le système de demain sera constitué d’un équilibre entre un système national centralisé et un système local. Le socle des services publics est indispensable et perdurera mais la dimension locale sera de plus en plus forte et les territoires ont un rôle essentiel à jouer pour la développer.

Le système énergétique va vers un point de convergence à l’équilibre entre un système centralisé et localisé, Enedis a la mission de connecter la transition énergétique.

***