Maîtriser sa consommation d’énergie – Chapitre II : comment les compteurs communicants vont changer la donne

Article du 22 août 2016
Linky compteur Nouvelle génération

Note : cet article constitue le deuxième chapitre d’une analyse des solutions de maîtrise de la consommation d’énergie. Le premier chapitre (que vous pouvez lire ici) traitait des solutions qui existent d’ores et déjà. Ce deuxième chapitre détaille ce qui va changer avec l’arrivée des compteurs communicants.

Nous avons vu dans le chapitre I le poids de la facture énergétique dans les dépenses des ménages français et quelles solutions existent pour réduire celle-ci. L’arrivée des compteurs communicants d’électricité et de gaz pourrait bientôt changer radicalement la relation des consommateurs à leur énergie. La libéralisation du marché de l’énergie et l’arrivée de moyens technologiques permettant de suivre au plus près la consommation réelle de son foyer pourraient accélérer de nombreuses innovations dans la maîtrise de l’énergie dans l’habitat. Voici un récapitulatif des solutions qui seront disponibles à l’avenir grâce à ces évolutions (les solutions existantes sont synthétisées par Atlante ici)  :

Gérer sa consommation d'énergie avec les compteurs communicants

Se situer, motiver, permettre

Pour en savoir plus, Atlante a interrogé Martin Régner, ingénieur systèmes électriques intelligents pour l’ADEME.

Il ressort de cet entretien que l’innovation technique apportée par ces outils, si elle est nécessaire, ne résoudra pas à elle seule le défi de la maîtrise de l’énergie. Selon Martin Régner, il est indispensable d’accompagner les ménages dans l’appropriation de ces nouveaux outils et de leurs données de consommation afin qu’ils deviennent acteurs de leur propre gestion énergétique : l’enjeu est de faire progresser une « culture de l’énergie » impliquant l’ensemble des membres du foyer et de guider les « consomm’acteurs » dans leur prise en main.

Les données des compteurs communicants, accessibles gratuitement pour les ménages sur un espace personnel sécurisé, vont jouer un rôle essentiel dans la prise de conscience en permettant aux ménages de « se situer » (par auto-comparaison avec leur propre historique de consommation ou comparaison avec d’autres références, comme des moyennes ou des ménages équivalents). Cette première étape constitue la base de la démarche vers une maîtrise de leur consommation : il s’agira ensuite de les « motiver » dans la durée en leur apportant via des solutions évolutives des motivations pour agir (économiques, collectives, environnementales…), et enfin de  « permettre » leur mise en action concrète avec des conseils adaptés.

 

Les solutions de demain

Les données mises à disposition des ménages vont ainsi permettre de consolider et fiabiliser des solutions d’économies d’énergie déjà existantes (pratiques quotidiennes, travaux, autoconsommation, etc.), et ouvrir la porte à la création de nouveaux services (comparaisons, offres personnalisées, afficheur déporté temps réel, etc.).

Les-compteurs-communicants-Linky-et-Gazpar_vignette_1180x400

 

De nombreuses entreprises, des piliers des équipements électriques (Legrand, Delta Dore, Schneider Electric, Hager, Muller, Atlantic…) jusqu’aux PME et startups, démontrent un réel intérêt vis-à-vis des opportunités apportées par cette nouvelle génération de compteurs, à la fois pour le pilotage tarifaire de nouveaux équipements de la maison (comme aujourd’hui avec le ballon d’eau-chaude par exemple) mais aussi pour les données qu’il permet de restituer aux ménages. Sur ce deuxième point, les acteurs devront malgré tout attendre les modalités d’échange des données et la mise à disposition sur le portail du distributeur d’un espace sur lequel le consommateur pourra décider de communiquer ses données personnelles à un tiers afin que celui-ci puisse lui proposer de nouveaux services (répartition par usage de sa consommation, analyses et conseils pour réaliser des économies d’énergie…).

C’est petit à petit, grâce aux données de consommation, par la pédagogie d’acteurs institutionnels tels que l’ADEME et par la créativité des acteurs existants ou de nouveaux entrants, que les comportements de tout un chacun vis-à-vis de son énergie pourraient un jour évoluer vers une plus grande maîtrise de sa consommation.